A Travellerspoint blog

Premier apercu de l'Equateur...

Le 2 Aout, nous sautons dans un mototaxi qui nous amène au bureau de Cruz del Sur, d’où notre bus doit partir. Après un léger contretemps, car on voulait nous faire payer un excèdent de bagages, et avoir obtenu gain de cause après avoir notamment demandé de nous faire rembourser notre billet (tout est bon !), nous montons dans notre bus en direction de l’Equateur.

Bordé par la Colombie au nord, le Pérou à l’est et au sud, et par les eaux chaudes de l’océan Pacifique à l’ouest, l’Équateur, ce petit pays grand comme la moitié de la France, s’étend du Pacifique à l’Amazonie, en enjambant la cordillère des Andes. Quatre régions géographiques distinctes offrent une source inépuisable de paysages variés: la forêt amazonienne, la cordillère des Andes, les îles Galápagos et la côte du Pacifique. Il est situé sur la ligne équatoriale du nord-ouest d’Amérique du Sud et a pour capitale Quito (qui signifie centre du monde), déclarée Patrimoine de l'Humanité en 1978 par l'Unesco pour son centre colonial historique.

L’Équateur est connu pour ses habitants chaleureux et accueillants, sa riche histoire, la culture et le patrimoine, la gastronomie et le folklore. Mais surtout pour ses spectaculaires milieux naturels et la faune méga-diversifiée. L’Équateur fait partie des 17 pays considérés par l’UNESCO comme pays de la « méga diversité » mondiale. La diversité des espèces d’oiseaux, de mammifères et de végétaux est tout simplement phénoménale.

Partis le matin de Mancora, nous arrivons, après environ 7h de bus, à Guayaquil, capitale économique de l'Equateur et l'un des grands ports de l'Amérique du Sud. S’étirant le long du fleuve les Guayas, la "perle du Pacifique", chantée au XIIIe siècle par le poète Juan Bautista Aguirre, fut pourtant longtemps évitée par les voyageurs, car réputée un coupe-gorge, sale et sans intérêt.

Pendant longtemps, Guayaquil a même arboré le titre peu enviable de ville la plus dangereuse d'Equateur !

Néanmoins depuis 1992, un gros travail de lutte contre la délinquance, de mise en valeur et de réhabilitation du centre-ville a été entrepris.

Dans la gare routière, nous nous dirigeons vers un point d'information que nous avons aperçu. Personne...

Raumir, venu chercher sa mère est adossé au comptoir et nous demande de quelles informations nous avons besoin.

Apres avoir effectué une recherche sur son iPhone, afin de nous trouver un hôtel a un prix raisonnable et même avoir essayé sans succès de joindre celui que nous avions sélectionné, sa mère étant arrivée, il offre de nous y conduire afin d’être sur qu’ils ont de la place !

Décidément, notre voyage en Equateur se présente sous de bons auspices...!

Nous passons quelques jours à Guayaquil afin notamment de trouver une carte d'Equateur, faire réparer l'ordinateur de Peter et profiter des 30° durant la journée ! Si nous avons eu froid y compris durant l'été, au cours de nos tribulations en Amérique du Sud l'année dernière, nous nous rattrapons cette année avec des températures d'hiver tropicales ! Au cours de notre séjour à Guayaquil, nous arpentons notamment le centre-ville, ou les façades des immeubles ayant été restaurées et repeinte, la chaussée refaite et des zones piétonnières aménagées autour de la plaza de Administración, il peut aujourd’hui se targuer d’être l’un des plus modernes d’Amérique du sud !

Malecon_Guayaquil__2_2.jpgMalecon_en_Guayaquil_2.jpgP8030257_2.jpgP8030256_2.jpg

Visite incontournable, celle du Malecon 2000, qui, inauguré au début des années 2000 est aujourd’hui l’un des endroits les plus visités de la ville et le symbole du renouveau de Guayaquil.

P8030255_2.jpg

Tout en modernité, il conforte la ville dans sa grandeur économique. Cette promenade de 2,5 kms édifiée le long du quai qui surplombe la rivière Guayas et menant au pied du Cerro Santa Ana, fut un des plus grands projets de rénovation de tout le continent sud-américain.

Véritable havre de fraicheur et de calme, notamment grâce aux nombreux jardins tropicaux (ou il est possible d’observer un grand nombre d’espèces botaniques présentes en Equateur) qui la ponctuent, on y croise, de jour comme de nuit, un nombre impressionnant de policiers (par endroit on se croirait d’ailleurs à Sarkoland), des hommes armés d’un balai traquant la saleté jusque dans ses moindres recoins, des familles et des couples d’amoureux venus se détendre.

Tout y a, en effet, été conçu pour les loisirs ; on trouve un terrain de jeux pour les enfants, une aire d’exercices, une rivière artificielle, des fontaines, passerelles, aire de repos, des buvettes, des restos, un centre commercial, deux cinémas et un très beau musée d’anthropologie et d’art contemporain. (Le MAAC)

P8030242_3.jpgIguana_Guayaquil_2.jpg

Nous ne manquons pas non plus de visiter El Parque Seminario, également connu sous le nom de « Parque de las Iguanas », sorte de jardin public dans le centre historique de Guayaquil ou déambulent une quarantaine d’iguanes en liberté !

Puis nous nous rendons durant la journée au Cerro Ana, sorte de Montmartre polychrome.

large_Cerro_Ana1.jpg

90_P8050272.jpgCerro_Ana2.jpgCerro_Ana3.jpg90_Cerro_Ana4.jpg

Situee a l’extrémité nord du Malecon, la butte aux mille couleurs du Cerro Santa Ana vous attire irrésistiblement…. Jusqu’à il y a peu, l’endroit était vivement déconseillé au touriste, proie facile des miséreux qui vivotaient dans ce quartier délabré. Aujourd’hui, grâce à un énergique programme de réhabilitation encore en cours, la transformation est radicale. Les bicoques en ruine ont été restaurées et repeintes de couleurs gaies : rose, jaune, bleu, vert. Pour mieux rappeler au visiteur l’exploit accompli, chacune des façades rénovées arbore une photo-souvenir de son allure avant le lifting. Retombée positive sur laquelle il faut insister, les familles qui vivaient ici sont restées. Elles ont su tirer parti de la nouvelle attractivité du quartier en aménageant leur maison en boutique de souvenirs, en galerie d’art, en bar ou en resto. La sécurité est revenue, même si elle n’est pas étrangère au troupeau de policiers qui quadrillent la montée, et qui vous suivent discrètement s’il vous prend l’envie de quitter la montée principale pour redescendre vers Las Peñas, le quartier le plus ancien de Guayaquil, lui aussi en cours de réhabilitation. Lors de notre visite un des policiers nous explique que cela est impossible ce jour, car ils ne sont pas assez nombreux et nous enjoint donc à ne pas nous écarter du chemin principal.

Le soir suivant nous nous rendons au Malecon del Salado, pour y admirer un spectacle son et lumières en dégustant une bière glacée (étant donnée la température ambiante, il ne faut pas longtemps à notre bière pour redevenir liquide !) et un sandwich.

Fuente_de_..Guayaquil_2.jpgFuente_de_..__Guayaquil.jpgE4817C60A1BE800745E6630723DD2651.jpgE48273E2B01BF4EFE5D1C082B1B7BB31.jpgE483B92D0CECACD459AED19247D7D34D.jpg

Playas_2.jpg

Le dernier jour, nous sautons dans un bus afin d’aller visiter Playas.

Nous avions d'abord envisagé d'en faire notre premier arrêt après Guayaquil. Finalement, ne parvenant pas à trouver d'hôtel à un prix raisonnable sur internet, nous décidons de nous rendre pour une journée et de revenir dormir le soir à Guayaquil. Sur place, le ciel est couvert, il y a pas mal de "tours” le long de la plage..., la ville et la plage ne nous attirant pas plus que ça, nous nous félicitons donc de notre choix !

Salinas_2.jpg

Le lendemain, direction Salinas. Le bus s'arrêtant à Santa Elena, (pas de bus direct jusqu'à Salinas), nous y prenons une chambre. Lorsque nous nous rendons a Salinas, le temps est couvert, avec en prime un crachin persistant. Et, là encore, nous ne sommes pas attirés...

Le lendemain nous prenons un bus en direction de Montanita.

Montanita_2.jpgMontanita1_2.jpg

Les rues y sont bondées de touristes et, dans l'auberge de jeunesse ou nous sommes, la musique fait rage jusqu'à 4 h du matin ! Aux environs de 5h, les bus s'arrêtent sous nos fenêtres klaxonnant à tour de bras !

Au bout de 3 jours, nous prenons un autre bus direction Puerto Lopez, ou nous pensons rester 3 jours afin de nous reposer un peu. Néanmoins, le petit B&B ou nous nous rendons étant plein à partir du mardi, nous ne pouvons y rester que 2 nuits.

Un peu à l'écart du centre de Puerto Lopez, l'endroit est calme et jouit d'une vue panoramique sur l'océan et Puerto Lopez.

B_B__Puerto_Lopez_2.jpgour_terrac..rto_Lopez_2.jpg

Qui plus est, peu après notre arrivée, on nous change de chambre et, pour le même prix, nous nous retrouvons dans un petit appartement, comptant avec une terrasse face à l'océan ! Durant un petit déjeuner copieux, nous savourons, le pain maison de Mauro !

Le jour de notre depart, Marianella nous accompagne en voiture jusqu'à la gare routière d'où nous prenons un bus jusqu'à Puerto Cayo.

Alors que nous descendons du bus un mototaxi nous propose de nous amener à un hôtel pas cher. La chambre n'est pas très grande, et il n'y a que de l'eau froide pour se doucher mais a $10 la nuit, nous n'allons pas faire les difficiles ! Et puis, vu la température ambiante une douche rafraichissante devrait nous faire le plus grand bien !

Le lendemain, alors que nous marchons d'un bon pas, une voiture s'arrête à notre hauteur et Luis, qui vient d'acquérir un terrain avec plusieurs bâtiments dessus, s'adresse à nous en Anglais, nous demande ou nous allons. Lorsque nous lui disons que nous regardons les quelques endroits à vendre dans le coin, il nous propose un tour en voiture pour nous montrer les environs ainsi que les divers endroits à vendre dans les parages. Nous acceptons avec joie.

L'endroit semble idéal pour qui a de l'argent à investir. Pour l'instant il ne s'agit que d'un petit village sans aucune infrastructure touristique, mais les promoteurs semblent avoir eu vent de quelque chose car déjà, quelques projets immobiliers fleurissent, qui doivent démarrer dans les mois à venir.

En ce qui nous concerne, nous cherchons plutôt quelque chose, qu'idéalement nous pourrions louer immédiatement après notre depart. De plus, nous ne sommes pas très enthousiastes concernant les environs car dans cette partie de l'Equateur, le ciel est très nuageux en hiver. Néanmoins, au moment où j’écris cela, Peter remplissant un tableau sur Excel afin de voir les prix au m2 selon les différentes régions, il semble, pour qui a de l’argent, que cela soit le bon moment d’investir, car les prix sont encore abordables.

De là nous prenons un bus en direction de Manta, néanmoins une fois arrivés à la gare routière, après avoir avalé un Batido et une salade, pour moi, un sandwiche au Poulet pour Peter, nous décidons de poursuivre jusqu'à Crucita.

Crucita_2.jpg

Au nord de Manta, enfin, les nuages disparaissent et font place au ciel bleu !
Arrivés a Crucita, je laisse Peter avec les bagages tandis que je pars à la recherche d'une chambre. Durant les fins de semaine, tout semble plein ! Pourtant, non loin de là l'une d'elle est libre mais a un prix un peu trop élevé à mon gout ! Je n'ai, par ailleurs, aucune confiance en le type de la réception ! Lorsque je retourne vers Peter environ une demi-heure plus tard, il m'annonce qu'une personne de l'hôtel devant lequel il attendait et qui, au départ nous avait déclaré être plein est venue et lui a dit quelque chose qu'il n'a pas compris. En fait, ils nous ont trouvé une chambre. Là encore, la chambre n'est pas très grande et il faut nous doucher a l'eau froide, mais ils ont de la place, sont arrangeants (comme c'est en général le cas dans les petits hôtels) et disposent d'une terrasse avec tables et chaises, en face de l'océan ! En plus, ce n'est pas cher si l'on compare avec le reste des hôtels de la ville. Une fois de plus, nous sommes les seuls occidentaux !

Le soir même, nous savourons une bière bien fraiche devant le coucher de soleil !

Sunset_beer_in_Crucita.jpg

Au cours de notre séjour nous serons invités plusieurs fois à boire un verre, visiterons également 2, 3 appartements vendus par des particuliers et, pour finir, tomberons dans les filets d'un agent immobilier qui, alors que nous voulions uniquement jeter un coup d'œil à sa maison, nous emmène faire le tour de différentes propriétés qu'il connait (en fait après réflexion, plus dans le but d'obtenir des infos pour lui), et nous présente la note à la fin de la petite "ballade" ! Après tout, à chaque jour, sa leçon ! La prochaine fois nous serons plus méfiants et plus fermes quand à ce que nous voulons.

De Crucita nous nous rendons à San Clemente et nous dirigeons vers un hôtel pas trop cher, que nous avons repéré sur internet. Comme d'habitude, je rentre seule et vais négocier une chambre pendant que Peter m'attend avec les bagages. Comme je suis Française, j'ai droit, de suite à un rabais, et suis, bien sûr, invitée à proposer à mes amis Français de venir ! Me dirigeant vers la sortie pour aller rejoindre Peter et chercher nos bagages, Cesar nous offre également le petit déjeuner gratuit !

Playa_de_San_Clemente.jpg

On l'aura compris, Cesar est de nature enjouée et sympathique ! D'emblée nous sympathisons, d'autant que, cette fois, Peter peut prendre part à la conversation. En effet, Cesar ayant vécu une vingtaine d'années au Canada, il parle donc Anglais.

Sunset_in_San_Clemente.jpgSunset_dri.._Clemente_2.jpgSunset_dri..Clemente1_2.jpg

Finalement, alors, qu'au depart nous ne pensions passer que 3 nuits à San Clemente, l'hospitalité de Cesar, l'endroit nous amènent à prolonger notre séjour de 2 nuits et, bien sûr, nous prévoyons d'y revenir !

De là, nous nous rendons à Bahia de Caraquez, déambulons un peu dans la ville mais l'endroit ne nous attire pas. Nous y passons néanmoins la nuit, car partis tard de San Clemente, mais, dès le lendemain nous prenons la direction de Jama. Nous y passons la nuit suivante dans un hôtel recommandé par Cesar. L'hôtel est agréable, Jama et les environs semblent vraiment sympas mais, sans voiture il nous faudrait passer des heures à déambuler de ci de là ! Le matin suivant nous prenons un autre bus jusqu'à Cojimies.

Dans le bus, je discute avec Lili. Apprenant que nous cherchons de quoi nous loger, elle nous propose de nous accompagner jusqu'à un petit hôtel qu'elle connait.

El_hostal_en_Cojimies_2.jpg

L'endroit s'avère parfait. Le soir, nous la retrouvons pour un verre sur la plage, puis alors que nous la raccompagnons chez elle, ses filles et sa nièce s'apprêtant à sortir, nous leur emboitons le pas et parcourons le village tout en discutant.

Bar_on_the.._Cojimies_2.jpg

Nous passons une journée de plus à Cojimies, avant de nous diriger vers Pedernales, prévoyant d'y passer la nuit afin de prendre le lendemain un bus en direction de Quito.

Posted by wherethehellrwe 12:07 Archived in Ecuador

Email this entryFacebookStumbleUpon

Table of contents

Comments

Great blog Valerie! I have read every single word you wrote and is fantastic! Very well explain, sometimes funny, and very helpful for all travelers! =) I can't wait to jump to read the Peru bit! This is just amazing! xx

by aeiffi

Thanks Ale! Great to hear some returns, because it's a lot of work (that's why we are so far behind!)
Thanks again! :) xxxx

by wherethehellrwe

Comments on this blog entry are now closed to non-Travellerspoint members. You can still leave a comment if you are a member of Travellerspoint.

Enter your Travellerspoint login details below

( What's this? )

If you aren't a member of Travellerspoint yet, you can join for free.

Join Travellerspoint